Presse

Une nouvelle exposition à la Galerie Bertran
Une nouvelle exposition à la Galerie Bertran

Nature morte à la pipe de Pierre HODÉ, à voir dans la nouvelle expo de la Galerie Bertran.La Galerie Bertran propose de découvrir son exposition d'automne, une nouvelle sélection de tableaux inédits de la période post-impressionniste de l'école de Rouen.Leurs noms sont connus :Pierre Hodé, Albert Lebourg, Léonard Bordes, Joseph Delattre, Marcel Couchaux, Georges Bradberry,Pierre Dumont, Léon-Jules Lemaître… Les thèmes abordés pour cette exposition d’automne sont les natures mortes, les villes et les campagnes.Parmi ces œuvres à découvrir, il y a la Nature morte à la pipe, de Pierre Hodé (1920). Pierre Hodé état fasciné par le port de Rouen. « Il délaisse les études à l’âge de 15 ans et trouve un petit travail sur les quais, où l’activité bat son plein. Il commence le dessin, et suit avec envie les expositions de peinture. Âgé de 23 ans, il participe à ses premiers Salons, et est remarqué par le galeriste Legrip. Le peintre Robert Antoine Pinchon lui apporte son soutien, tant moral que financier. Pierre Hodé rejoint Pierre Dumont à Paris, et s’installe à Montmartre au Bateau-Lavoir. Ce lieu mythique qui a vu passer les plus grands noms de la peinture va influencer son travail. Son œuvre se synthétise en deux périodes distinctes : d’abord la palette très colorée est proche du fauvisme, le dessin est remplacé par des aplats de couleurs vives, et la matière dense est parfois appliquée au couteau. Et, à partir de 1920, les teintes deviennent plus sourdes, des lignes géométriques à la manière des peintres cubistes font leur apparition », décrit Antoine Bertran. Sa peinture est admirable dans le domaine des natures mortes et des décors industriels. Mais Pierre Hodé était peu prolixe...À voir aussi dans cette exposition, un nu allongé de Pierre Elie Gernez.Gernez est originaire du monde paysan du Nord. Amateur d’art, il réalise des dessins très aboutis dès l’âge de 13 ans. « A Valenciennes, il travaille comme commis dans une faïencerie et prépare son professorat de dessin. Il part pour Honfleur où un poste de professeur est vacant et est conquis par le charme du petit port de pêche. Il dessine tous les jours pour se perfectionner. Le public apprécie le talent du peintre et, dès 1917, Gernez obtient un beau succès. Il expose régulièrement à Paris dans les galeries Bernheim et Druet. Habile dessinateur, il s’exprime souvent avec les pastels, l’aquarelle et la gouache. Comme Pierre Hodé, il adopte parfois une manière de peindre « cubisante » dans ses œuvres ». Il s’illustre aussi pour être un remarquable peintre de nu, dessinant ses modèles avec une grande maîtrise, comme la toile présentée au cours de cette exposition.■■ Galerie Bertran, 108 rue Molière, à Rouen, du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h30 à 18h30.C’est gratuit.

Presse